Aparte Music

Discographie

Couperin: Pièces de violes

AP166 Couperin Atsushi Sakaï

Achetez/Buy this album :

Télchargement HD Qobuz
Téléchargement iTunes
Amazon

15,00 € Ajouter CD au Panier / Add CD to cart

Atsushi Sakaï, viole de gambe
Christophe Rousset, clavecin
Marion Martineau, viole de gambe
Isabelle Saint-Yves, viole de gambe

François Couperin (1668-1733)
Première Suite en mi mineur (Pièces de violes, 1728)

1. Prélude
2. Allemande
3. Courante
4. Sarabande
5. Gavotte
6. Gigue
7. Chaconne ou Passacaille
8. Plainte pour les violes
(Dixième concert, Les Goûts réunis ou Nouveaux Concerts, 1724)

Forqueray
Pièces à trois violes en ré mineur (MS 135, Archives départementales du Nord)

9. Allemande
10. Courante
11. Sarabande
12. La Girouette (Vm7 6296)

François Couperin (1668-1733)
Deuxième Suite en la majeur (Pièces de violes, 1728)

13. Prélude
14. Fuguette
15. Pompe funèbre
16. La Chemise blanche

Total : 62’57

Pour son nouveau disque, le gambiste Atsushi Sakaï se consacre à Couperin (programme qu’il complète de quelques pièces de Forqueray). Une atmosphère de mystère nimbe tant les oeuvres enregistrées que leur genèse.
Des deux Couperin (père et fils), c’est au second – François – qu’on n’a que très récemment attribué la paternité des oeuvres; paternité qui pour les partitions de Forqueray demeure incertaine. Cette aura pour le moins énigmatique inspire ici Atsushi Sakaï et les musiciens qui l’entourent: Christophe Rousset au clavecin, et Marion Martineau et Isabelle Saint-Yves à la viole de gambe. Leur interprétation, parée d’un charme touchant, s’en nourrit.
La mélancolie, voire le caractère funèbre des oeuvres, alterne avec une gaieté franche dans les danses qui forment la Première suite de Couperin. L’on retiendra ici de la part des interprètes une technique sans faille, au service de la grâce baroque de ces pages.

*

The new record of the excellent violist Atsushi Sakaï brings together pieces of Couperin and Forqueray. The programme is wreathed in an atmosphere of mystery as well as the genesis of the works. If the paternity of Couperin’s pieces for viols can be attributed to François since the beginning of the 20th century, that of Forqueray is still uncertain. And it is this enigmatic aura of the scores that inspires Atsushi Sakaï and his partners. Their interpretation is nourished and adorned with a touching charm. The melancholy, even the gloomy vibe of the works, alternates with frank cheerfulness in the dances from Couperin’s First Suite. As always with Atsushi Sakaï and his musicians, the flawless technique at the service of the baroque grace is a continuous wonder.