Aparte Music

Discographie

Fauré – Piano Works

AP150 Cover Michel Dalberto Faure

Achetez/Buy This Album

Téléchargement HD (Qobuz)
Digital HD (iTunes)

Michel Dalberto, piano

Gabriel Fauré (1845-1924) Piano Works / Œuvres pour piano

1. Ballade en fa dièse, op. 19
2. Impromptu n°3 en la bémol, op. 34
3. Nocturne n°6 en ré bémol, op. 63
4. Nocturne n°7 en ut dièse mineur, op. 74
5. Thème & variations en ut dièse mineur, op. 73
6. Nocturne n°9 en si mineur, op. 97
7. Nocturne n°11 en fa dièse mineur, op. 104 n°1
8. Nocturne n°13 en si mineur, op. 119

Total: 73’49

  • Michel Dalberto, piano

    Gabriel Fauré - Nocturne N°6

« Dalberto atteint là au tragique, à l’émotion la plus forte à travers un jeu dont la densité polyphonique donne leur poids de souffrance à chaque accord à chaque ligne souterraine, fragmentée, tenue jusqu’à sa résolution: jamais je n’aurais imaginé pareil Nocturnes n°9, avec ses lambeaux de sons qui hurlent de désespoir, ni Nocturne n°11 déchiré par des sonneries de mort. Dalberto a trouvé des clefs inédites pour nous ouvrir au secret des nocturnes. » Alain Lompech / Diapason d’or (mai 2017)

« Sur un piano Bechstein clair et précis, Michel Dalberto donne à savourer une très large palette de couleurs en harmonie avec un jeu à la fois délicat, brillant et précis. Une référence ! »  Ayrton Desimpelaere / Crescendo

« L’interprétation de Michel Dalberto est magnifique. Le romantisme introspectif de Gabriel Fauré gagne ainsi en profondeur, en émotion. »  Gérard Pangon / Musikzen 

« Totalement imprégné de l’œuvre de Fauré, Michel Dalberto en fait ressortir tous les aspects, rendant accessible ces fameuses harmonies… En un peu plus de 70 mn, c’est tout un univers que ce magicien des formes et des couleurs nous révèle. » Frédérique / Fnac.com

« Michel Dalberto qui ici nous sert un peu de guide initiatique dans ce monde secret, presque insoupçonné de la musique pour piano de Gabriel Fauré nous introduit de manière convaincante dans cet univers blafard, évoluant presque toujours aux frontières de l’étrange. Un CD indispensable. » Michel Jakubowicz / On Mag