Aparte Music

Discographie

Lully: Alceste

AP164 Alceste Lully Christophe Rousset Les Talens Lyriques

Achetez/Buy this album :

Télchargement HD Qobuz
Amazon

20,00 € Ajouter CD au Panier / Add CD to cart

Alceste, ou le triomphe d’Alcide
Jean-Baptiste Lully (1632-1687)

Christophe Rousset, direction, clavecin
Judith Van Wanroij, Alceste, La Gloire
Edwin Crossley-Mercer, Alcide
Emiliano Gonzalez Toro, Admète, 2e Triton
Ambroisine Bré, Céphise, Nymphe des Tuileries, Proserpine
Douglas Williams, Lycomède, Charon
Étienne Bazola, Cléante, Straton, Pluton, Éole
Bénédicte Tauran, Nymphe de la Marne, Thétis, Diane,
Lucía Martín Cartón, Nymphe de la Seine, Une Nymphe, Une Ombre
Enguerrand de Hys, Lychas, Phérès, Alecton, Apollon, 1er Triton, Suivant de Pluton
Chœur de Chambre de Namur

CD1

Ouverture

1. Ouverture
La Nymphe de la Seine : « Le héros que j’attends »
Bruit de guerre
La Nymphe de la Seine : « Quel bruit de guerre m’épouvante ? »
Rondeau pour la Gloire
La Nymphe de la Seine, la Gloire : « Hélas ! superbe Gloire, hélas !
Chœur des Naïades et des divinités champêtres : « Qu’il est doux d’accorder ensemble »
La Nymphe des Tuileries : « L’Art d’accord avec la Nature »
Air pour les divinités des Fleuves
La Nymphe de la Marne : « L’Onde se presse »
Air pour les divinités des Fleuves et les Nymphes
La Gloire, les Nymphes, chœur : « Que tout retentisse »
Air pour les divinités des Fleuves et les Nymphes
Chœur des divinités des Fleuves et des Nymphes : « Quel cœur sauvage »
Ouverture

Acte Premier

2. Scène I. Le choeur des Thessaliens, Lychas, Alcide : « Vivez, vivez, heureux époux »
3. Scène II. Alcide, Straton, Lychas : « L’Amour a bien des maux »
4. Scène III. Straton, Lychas : « Lychas, j’ai deux mots à te dire »
5. Scène IV. Céphise, Straton : « Dans ce beau jour, quelle humeur sombre »
6. Scène V. Lycomède, Straton, Céphise : « Straton, donne ordre qu’on s’apprête »
7. Scène VI. Phérès, Admète, Alceste, le choeur : « Vivez, vivez, heureux époux »
8. Scène VII : Air pour les matelots 9’28
Deux Tritons : « Malgré tant d’orages »
Deuxième air. Gavotte
Céphise, une Nymphe, choeur : « Jeunes coeurs, laissez-vous prendre »
Troisième air. Rondeau
Céphise, une Nymphe, choeur : « Plus les âmes sont rebelles »
Lycomède, Straton, Admète, Alcide, Alceste, Céphise, choeur : « On vous apprête »
9. Scène VIII. Thétis, Admète, Alceste, choeur : « Époux infortuné, redoute ma colère »
Les Vents
10. Scène IX. Éole, les Aquilons, et les Zéphyrs
Éole : « Le ciel protège les héros »
Entracte

Acte II

11. Scène I. Céphise, Straton : « Alceste ne vient point, et nous devons l’attendre »
12. Scène II. Lycomède, Alceste, Straton : « Allons, allons, la plainte est vaine »
13. Scène III. Admète, Alcide
Marche en rondeau
Admète, Alcide : « Marchez, marchez, marchez »
14. Scène IV. Lycomède, Straton, Admète, Alcide, Lychas, choeur
Lycomède, Admète, Alcide, choeur : « Marchez, marchez, marchez »
Entrée
Choeur, Lychas, Straton : « Achevons d’emporter la place »
15. Scène V. Phérès : « Courage, enfants, je suis à vous »
16. Scène VI. Alcide, Phérès, Alceste : « Rendez à votre fils cette aimable princesse »
17. Scène VII. Alceste, Phérès, Céphise : « Cherchons Admète promptement »
18. Scène VIII. Admète, Cléante, Alceste, Phérès, Céphise, soldats :
« Ô dieux ! quel spectacle funeste »
19. Scène IX. Apollon, les Arts, Admète, Alceste, Phérès, Céphise, Cléante, soldats
Apollon : « La lumière aujourd’hui te doit être ravie »
Entracte

CD2

Acte III

1. Scène I. Alceste, Phérès, Céphise : « Ah ! pourquoi nous séparez-vous ? »
2. Scène II. Phérès, Cléante : « Voyons encore mon fils, allons, hâtons nos pas »
3. Scène III. Le choeur, Admète, Phérès, Cléante : « Ô trop heureux Admète »
4. Scène IV. Céphise, Admète, Phérès, Cléante, le choeur : « Alceste est morte »
5. Scène V : Pompe funèbre
Une femme affligée, choeur : « La Mort, la Mort barbare »
Choeur : « Que nos pleurs, que nos cris se renouvellent sans cesse »
6. Scène VI. Admète, Phérès, Céphise, Cléante, suite
Admète : « Sans Alceste, sans ses appas »
7. Scène VII. Alcide, Admète, Phérès, Céphise, Cléante
Alcide, Admète : « Tu me vois arrêté sur le point de partir »
8. Scène VIII. Diane, Mercure, Alcide, Admète, Phérès, Céphise, Cléante
Diane : « Le dieu dont tu tiens la naissance »
Entracte

Acte IV

9. Scène I. Charon, les Ombres : « Il faut passer tôt ou tard »
10. Scène II. Alcide, Charon, les Ombres
Alcide, Charon : « Sortez, Ombres, faites-moi place »
11. Scène III. Pluton, Proserpine, l’Ombre d’Alceste, suivants de Pluton
Pluton, Proserpine, choeur : « Reçois le juste prix de ton amour fidèle »
Premier air
Choeur : « Tout mortel doit ici paraître »
Deuxième air
Choeur : « Chacun vient ici-bas prendre place »
12. Scène IV. Alecton, Pluton, Proserpine
Alecton, Pluton : « Quittez, quittez les Jeux, songez à vous défendre »
13. Scène V. Alcide, Pluton, Proserpine, Alecton
Pluton, Alcide, Proserpine : « Insolent, jusqu’ici braves-tu mon courroux ? »
Entracte

Acte V
14. Scène I. Admète, choeur : « Alcide est vainqueur du trépas »
15. Scène II. Lychas, Straton : « Ne m’ôteras-tu point la chaîne qui m’accable »
16. Scène III. Céphise, Lychas, Straton : « Vois, Céphise, vois qui de nous »
17. Scène IV. Alcide, Admète, Alceste : « Pour une si belle victoire »
18. Scène V. Apollon, les Muses
Prélude
Apollon : « Les Muses et les Jeux s’empressent de descendre »
19. Scène VI. Choeur : « Chantons, chantons, faisons entendre »
Premier air
Deuxième air. Les pâtres
Straton : « À quoi bon tant de raison »
Troisième air. Menuet
Céphise, choeur : « C’est la saison d’aimer »

Total :
CD1 : 80’00
CD2 : 70’59

Coup de maître né de la collaboration du compositeur Lully et de son librettiste Quinault, la tragédie en musique intitulée Alceste fit grand bruit au moment de sa création en 1674. Le registre tragique était réservé au théâtre, tandis que la musique se contentait de la veine comique. Mais grâce aux talents conjugués de Lully et Quinault, la scène de l’Académie royale de musique vit se développer le nouveau genre tragique et lyrique.
En plus du choeur, les neuf solistes, dirigés avec énergie et finesse par Christophe Rousset, campent ici des personnages aux passions plus vraies que nature. En effet, le livret repose sur un dilemme cornélien. Ce thème intemporel d’un amour contrarié émeut d’autant plus que la diction du texte est soignée et les affects qu’il véhicule incarnés avec justesse.
C’est une version de référence que Christophe Rousset et ses Talens Lyriques ont enregistrée. Une interprétation où théâtre et musique s’accordent avec une harmonie jubilatoire.

*

A masterpiece born of the collaboration of composer Lully and his librettist Quinault, the “tragédie en musique” called Alceste caused a scandal when it was created in 1674. The tragic register was reserved for the theater, while the music was content with the comic vein. But thanks to the combined talents of Lully and Quinault, the stage of the Royal Academy of Music saw the development of the new tragic and lyrical genre.

The chorus and the nine soloists, directed with energy and delicacy by Christophe Rousset, portray their characters with passions true-to-life. Indeed, the libretto is based on a Cornelian dilemma. This timeless and moving theme of a thwarted love is embodied with accuracy. Moreover, the diction is perfect.

It is a reference version that Christophe Rousset and his Talens Lyriques have recorded. An interpretation where theater and music agree with a jubilatory harmony.    It is a reference version that Christophe Rousset and his Talens Lyriques have recorded. An interpretation where theater and music agree with a jubilatory harmony.