Aparte Music

Blog

F. Couperin, Les Talens Lyriques & Christophe Rousset

AP130 Cover Couperin

Et le génie de François Couperin chuchote à l’oreille de Christophe Rousset de précieux secrets qu’il nous révèle dans ce nouvel enregistrement. La cantate Ariane consolée par Bacchus est ici dévoilée en avant-première, servie par un casting de rêve.
Alors que sortira début septembre chez Actes Sud la monographie qu’il a consacrée à François Couperin, Christophe Rousset a souhaité réaliser le projet d’enregistrer la globalité (ou presque !) de l’œuvre du compositeur.
Ce premier volet sur le label Aparté annonce la sortie d’un coffret à l’occasion des 250 ans du compositeur (1668-1733).  Couperin était issu d’une dynastie de musiciens très en vue à partir du début du règne de Louis XIV. Cette dynastie restera importante après la mort de Francois Couperin, qu’on appela Couperin « le grand ». Musicien choisi personnellement par le Roi Soleil, il a pourtant eu une vie sans relief particulier (n’est-ce pas un peu péjoratif comme formulation?) passant des orgues de St Gervais à Paris à celles de la Chapelle Royale à Versailles. Si la France s’est empressée de l’oublier à sa mort, qui coïncide avec l’affirmation du génie de Rameau, les Allemands, à la suite de J. S. Bach, le considéreront comme l’expression la plus accomplie du génie français au 18ème.

*

And the genius of François Couperin (1668-1733) whispers precious secrets in Christophe Rousset’s ear, which he reveals to us in this new recording. Here, the cantata Ariane consolée par Bacchus is unveiled in preview, served by a dream cast.
Whereas in early September Actes Sud will publish the monograph he devoted to François Couperin, Christophe Rousset wanted to carry out the project of recording the composer’s complete (or almost!) catalogue. This first release on the Aparté label is the forerunner of a boxed set on the occasion of the composer’s 250th birthday.
Couperin came from a dynasty of musicians very much in the public eye, starting with the beginning of the reign of Louis XIV. This dynasty would remain important after the death of Francois Couperin, who was called Couperin le Grand (‘the Great’). Even though chosen personally by the Sun King, the musician’s life was not particularly interesting, going from the organ of St-Gervais in Paris to that of the Chapelle Royale at Versailles. Although France quickly forget him after his death, which coincided with the affirmation of Rameau’s genius, the Germans, following J. S. Bach, would consider him the most accomplished expression of French genius in the 18th century.

Comments are closed.