Sortie le : 15 novembre 2019

Référence : AP214

Acheter cet album

Crédits

Enregistré par Little Tribeca à l’église de Selbu (Norvège) les 16 et 17 novembre 2018, suite aux représentations au Trøndelag Teater, Gamle Scene, dans le cadre du festival Barokkfest Early Music Festival à Trondheim, en coproduction avec le Centre de musique baroque de Versailles.
Direction artistique et postproduction : Sarah Hermann.
Enregistrement : Sarah Hermann, assistée d’Olivier Nicolas et Benoît Dratwicki.
Avec le soutien de : Norwegian University of Science and Technology, Nordenfjelske Bykreditts Stiftelse, Torstein Erbos Gavefond, Institut Français, Centre de musique baroque de Versailles, Fritt Ord.
Orkester Nord est soutenu par Norsk Kulturråd et la ville de Trondheim.

Partager

Sortie le : 15 novembre 2019

Référence : AP214

Grétry: Raoul Barbe-Bleue

Interprètes

Compositeur

Description

Ce premier enregistrement mondial d’une partition de Grétry tombée aux oubliettes est le fruit de la collaboration du festival norvégien Barokkfest et du Centre de musique baroque de Versailles. Représenté quelques semaines avant la Révolution française, Raoul Barbe-bleue est un opéra-comique inclassable, aux implications musicales et dramatiques étonnantes, dans lesquelles Offenbach puisera pour renouveler le théâtre lyrique.

Univers médiéval et merveilleux se côtoient dans cette réécriture du conte de Perrault, qui annonce déjà, tant par son écriture que par son goût de l’épouvante, le romantisme à venir. Loin des standards du genre, Raoul Barbe-bleue expose une fresque volontiers politique et dépeint une noblesse cruelle, rendue parfois grotesque par le mélange du registre tragique et des ressorts comiques, du travestissement au valet souffre-douleur.

Le drame, nimbé d’une atmosphère mystérieuse (on pense aux Singspiel de Weber) jouit d’une écriture musicale qui soutient le suspens, et n’a plus grand-chose à voir avec la simplicité naïve des premières œuvres du compositeur. L’élégance et le raffinement de Grétry servent une puissance dramatique qui n’est pas sans rappeler, dans l’ouverture, l’introït du Requiem de Mozart.

Enregistré dans le magnifique théâtre de Trondheim (Norvège), et servi par une distribution brillante sous la baguette de Martin Wåhlberg, Raoul Barbe-Bleue possède une richesse surprenante, tant pour le néophyte que pour le spécialiste.

Écouter

On en parle

Décidément, il s’agit d’une partition de première force qui recèle bien des merveilles.
Emmanuelle Pesqué, ODB Opera

Cet enregistrement confirme les mérites d’une partition étonnante, dépassant largement le cadre attendu de l’« opéra-comique » du XVIIIe siècle .[…] Une très belle parution.
Opéra Magazine

L’intensité expressive révèle surtout l’imagination exemplaire voire superlative du chef, vrai tempérament qui caractérise, sculpte, le relief orchestral [...]. La verve des instrumentistes est époustouflante du début à la fin. ClassiqueNews

Sous la direction de Martin Wählberg, chaque effet de l’Orkester Nord est rutilant, animé avec une fougue et un panache qui assurent l’attention de l’auditeur de bout en bout. Les couleurs orchestrales révèlent surtout un tempérament plein de mordant et de sincérité, perpétuellement renouvelé.
Resmusica

Liste des pistes

CD1
ACTE I
1. Ouverture
2. Scène 1. Vergy : « Ils viennent vous remercier »*
3. Jeanne & Jacques, Isaure : « Il m’enlevait » (duo)
4. Isaure, Vergy, Jeanne, Jacques : « J’aurais été bien curieuse de voir l’entreprise »*
5. Scène 2. Isaure, Vergy : « Vergy, jamais Isaure, jamais je ne peux être » (duo)
6. Scène 3. Isaure, Vergy, le Vicomte, le Marquis : « Ils s’aiment, vous le voyez »
7. Scène 4. Les mêmes, un vassal : « Faites ici, mon frère, rassembler »*
8. Scène 5. Isaure, le Marquis : « Quoi ! tu hésites »*
9. Scène 6. Isaure : « Moi je serais infidèle à Vergy ! » (air)
10. Scène 7. Marche
11. Raoul : « Venez régner en souveraine »
12. Isaure, Raoul : « Sire Raoul, mes frères connaissent mes intentions »*
13. Scène 8. Isaure : « Non, le serment fait à Vergy » (ariette)
14. Scène 9. Isaure, Laurette : « Ah ! Damoiselle Isaure »*
15. Scène 10. Isaure : « Ah, mes frères »*
16. Scène 11. Isaure, Vergy : « Ah, je vous rends, charmante Isaure, les serments » (duo)
17. Scène 12. Isaure, Raoul, les deux frères, le cortège : « Hé bien, ma sœur »*
18. Chœur : « Vivent ces deux époux ! »
19. Marche

ACTE II
20. Scène 1. Entracte
21. Raoul, Osman : « Eh bien ! Osman »*
22. Raoul, Osman : « Je te trouve bien pitoyable » (duo)
23. Scène 2. Raoul, Isaure, Osman : « Votre réveil, Madame, a précédé le lever de l’aurore »*
24. Raoul, Isaure, Osman : « Jurez-moi » (trio)
25. Scène 3. Les mêmes, un écuyer : « Qu’est-ce que j’entends ? »*
26. Scène 4. Raoul, Vergy en femme, Isaure, Osman : « Quelle grande et belle femme ! »*
27. Scène 5. Isaure, Vergy : « Ah, malheureux Vergy »*
28. Scène 6. Isaure : « Vergy, ton souvenir fera le malheur de ma vie » (air)
29. Scène 7. Isaure, Vergy : « Quel effroi vous saisit ? »*
30. Scène 8. Isaure : « Je me meurs » (air)
Scène 9. Isaure, Vergy : « Non, jamais rien de plus horrible »
31. Les mêmes : « Fuyons, Vergy, fuyons. »*
32. Scène 10. Isaure, Vergy, Osman : « Osman, mon cher Osman »*
33. Danse
34. Scène 11. Une bergère, (Isaure, Vergy) : « Il n’est plus de malheur » (air)
35. Andante. Isaure, Vergy : « Ma chère Isaure. »
36. Danse finale

CD2
ACTE III
1. Entracte
2. Scène 1. Isaure, Vergy, Osman : « Que veut dire ce signal ? »*
3. Scène 2. Isaure, Vergy : « Cher Vergy, sauvez vos jours » (duo)
4. Scène 3. Osman, Isaure, Vergy, Raoul : « Voici Monseigneur. »*
5. Scène 4. Raoul, Isaure : « Votre sœur a le ton bien brusque »*
6. Scène 5. Raoul : « Perfide, tu l’as ouverte » (air)
7. Scène 6. Raoul, Isaure : « Madame, vous avez bien tardé. »*
8. Scène 7. Raoul, Isaure, Vergy, Osman : « Quoi, Raoul, vous oseriez »*
Scène 8. Isaure, Vergy : “Et cet indigne vêtement ! Et je n’ai point d’armes !”
9. Vergy, Isaure, Raoul : « Vergy, ma sœur, ne vois-tu rien venir ? » (trio)
10. Scène 9. et dernière. Isaure, Vergy, Raoul, Osman, des soldats : « Hé, Seigneur Raoul »*
11. Symphonie
12. Choeur général : « Vit-on jamais de tels forfaits ? »

* dialogues


Vous aimerez aussi